Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits" > Blog > Evénements > Un hommage à l’épopée des Hellfighters

Un hommage à l’épopée des Hellfighters

Les Hellfighters débarquèrent en France au son du ragtime.

2017, centenaire de l’entrée en guerre des États-Unis aux côtés des pays de l’Entente, a vu la publication de nombreux livres relatant la participation des soldats de l’Oncle Sam à la boucherie que fut la Grande Guerre (lire aussi sur ce blog : http://www.geraldine-couget.com/grande-guerre-vue-americains/). Les Noirs Américains ne furent pas en reste : le 15régiment d’infanterie de la garde nationale de New York, créé à Harlem en 1916 et surnommé « Hellfighters » par les Allemands, débarqua ainsi du Pocahontas le 1er janvier 1918 à Brest, au son d’une Marseillaise revisitée façon ragtime. Le journaliste Thomas Saintourens relate cette aventure passionnante dans un ouvrage paru en mai dernier chez Taillandier, Les poilus de Harlem. L’épopée des Hellfighters dans la Grande Guerre (https://www.tallandier.com/livre-9791021013902.htm).

Ce régiment entendait prouver le non-sens de la ségrégation ainsi que la valeur humaine de ses deux mille soldats et quelques officiers, tous noirs, placés sous le commandement de quelques hauts gradés blancs. Même si cela signifiait perdre la vie… Avocats, porteurs de valises, boxeurs ou encore musiciens de jazz, dont le grand chef d’orchestre James Reese Europe, mais aussi le peintre Horace Pippin ou encore Arthur Little, un éditeur de Brooklyn, ces hommes déterminés furent d’abord relégués aux travaux manuels. À l’issue d’une formation, ils combattirent finalement dans les tranchées de la Marne au sein des troupes françaises, dans le 369e RIUS, ce qui permit à l’armée américaine de ne pas devoir mélanger les Noirs et les Blancs…

Dès la fin du conflit, le régiment fut décoré par la France, mais tomba dans l’oubli immédiatement dans son propre pays. Pire, ces soldats valeureux se virent exclus de la parade de la victoire et n’échappèrent pas aux violents signes d’une ségrégation encore très tenace. Il fallut attendre 2015 pour que Barack Obama, alors président des États-Unis, remette une médaille d’honneur du Congrès américain à titre posthume au descendant de l’un des plus grands Hellfighters, Henry Lincoln Johnson, qui se battit sur le front de l’Argonne.

Pour en savoir plus sur l’histoire de ce régiment atypique, voici un bref documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=eEuoAl1elLU

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

Formulaire de commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

© 2017 Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits". Propulsé par WordPress and WP Engine. Editor par AWESEM.

Retour en haut.

UA-36557370-1