Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits" > Blog > Evénements > La Grande Guerre vue par les Américains

La Grande Guerre vue par les Américains

'Destroy_this_mad_brute'_WWI_propaganda_poster_(US_version)Le 6 avril 1917, l’armée de l’Oncle Sam entrait en guerre à son tour. Cent après, les éditions Albin Michel publient un ouvrage exceptionnel d’originalité, qui rend un hommage appuyé à cet événement majeur de la Première Guerre mondiale, pourtant peu valorisé (http://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-grande-guerre-vue-par-les-americains-9782226259042), ainsi qu’aux deux millions de soldats américains venus aider la Triple-Entente. Ce carnet de guerre signé par le capitaine Alban Butler, officier de la Première division (First division) — celle qui rejoignit la première le Vieux Continent en mai 1917 pour soutenir les troupes françaises — retrace l’aventure de ces combattants engagés dans l’Hexagone sous forme de caricatures empreintes d’humour. Opérations militaires, tracas quotidiens, travers et spécificités des Français… Ces vignettes caustiques illustrent à merveille une odyssée boueuse, traumatisante et héroïque. L’occasion de rappeler la publication en 2013 d’un autre inédit américain, Company K (Gallmeister), de William March (http://www.gallmeister.fr/livres/fiche/64/march-william-compagnie-k). Ce roman paru à l’origine en 1933 aux États-Unis est le pendant yankee d’À l’Ouest rien de nouveau, d’Erich Maria Remarque, ou des Croix de bois, de Roland Dorgelès, et n’a rien à envier à L’adieu aux armes (1929) d’Ernest Hemingway. Il aura fallu attendre quatre-vingts ans pour que ce chef-d’œuvre soit enfin traduit dans la langue de Molière. Inspiré par sa propre expérience, l’auteur y témoigne de l’horreur du conflit, de dix mois de combats traumatisants, puis du retour difficile au pays, en faisant s’exprimer tour à tour les cent treize soldats de sa compagnie. Ces « témoignages » relatent chronologiquement, de façon brute et désespérée, dans une grande noirceur et sans rien cacher de l’horreur du conflit, le parcours de l’auteur. Souffrant de stress post-traumatique, William March (1893-1954) fut psychanalysé par un disciple de Sigmund Freud. Après avoir été publiés dans des magazines, ces cent treize fragments furent enfin rassemblés dans un recueil. Le livre a été porté sur le grand écran en 2004 par Robert Clem (https://www.youtube.com/watch?v=QUOm3VC2O4o).

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

Formulaire de commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

© 2017 Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits". Propulsé par WordPress and WP Engine. Editor par AWESEM.

Retour en haut.

UA-36557370-1