Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits" > Blog > Secret des mots > Cocktail

Cocktail

Jung_Peychaud_Bitters_Gators_1904

L. E. Jung, propriétaire de Peychaud Bitters, en bonne compagnie (1904).

Synonyme d’atmosphère feutrée, de lumière tamisée, de fauteuils en cuir bien moelleux et de conversations discrètes, le cocktail se sirote, se déguste et se savoure, le plus souvent en technicolor. Élégant et glamour, il porte en lui une part de mystère, peut-être liée à sa nébuleuse origine étymologique. Il existe en effet sans doute presque autant d’explications sur l’origine de ce mot que l’on compte de recettes de cocktails ! Il s’agit cependant très certainement d’un terme américain, dont le premier emploi daterait officiellement de 1806.

Selon une très ancienne théorie, remontant à l’Angleterre du XVIe siècle, ce mot serait le descendant d’une boisson dénommée « cock-ale », contenant, comme son nom l’indique, du… coq. Gageons que cela devait avoir un goût spécial ! D’aucuns prétendent, eux, que « cock-tail » désignait au XVIIIe siècle un cheval de trait, auquel on coupait la queue (« tail ») de façon à ce qu’elle se dresse vers le haut (« to cock », c’est-à-dire « se redresser » comme un coq). Comme il ne s’agissait jamais de pur-sang, « cocktail » serait devenu synonyme de mélanges en tous genres : de l’homme aux mœurs douteuses, en passant par un cheval bâtard, jusqu’à une boisson mêlant alcool et autres ingrédients…

Ma théorie préférée nous amène à La Nouvelle Orléans, au début du XIXe siècle, où Antoine-Amédée Peychaud, un apothicaire bordelais venu en terre américaine depuis Saint-Domingue, servait à ses invités un savant mélange de brandy, sucre, eau et amer (ou bitter), baptisé « coquetier » — peut-être en raison de la forme du verre dans lequel il était servi ? Ne sachant pas le prononcer correctement, ses hôtes l’auraient transformé en « cocktay », ou « cocktail » ! Vrai ou faux, peu importe. Le Peychaud Bitters, une liqueur apéritive à base de gentiane créée par notre pharmacien, est en tout cas l’un des ingrédients essentiels du Sazerac (http://www.youtube.com/watch?v=s4iEACvLosU), l’un des plus vieux cocktails connus au monde ! Il tire son nom du cognac Sazerac de Forge et Fils, un de ses ingrédients d’origine. À votre santé !

Aucun commentaire actuellement.

Laisser un commentaire

Formulaire de commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

© 2017 Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits". Propulsé par WordPress and WP Engine. Editor par AWESEM.

Retour en haut.

UA-36557370-1