Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits" > Blog > Bio Flash > Cléo de Mérode, la première icône populaire moderne

Cléo de Mérode, la première icône populaire moderne

Cléo_de_Mérode_03

Non, Cléo de Mérode n’était pas une « belle allongée »…

On l’assimile à tort aux cocottes de la Belle Époque, les Liane de Pougy, Émilienne d’Alençon et autres Belle Otéro, qui firent la grandeur et la décadence de la IIIe  République. Loin des demi-mondaines, Cléo de Mérode, à qui l’on ne connaissait que très peu d’amants, incarnait plutôt une sorte d’idéal angélique et romantique, alliant à la fois chasteté et sensualité. Ce furent surtout les clichés de Léopold-Émile Reutlinger qui magnifièrent le plus la beauté éthérée de cet ancien petit rat, en faisant l’une des premières icônes populaires de l’histoire moderne.

Cléopâtre-Diane de Merode naquit le 27 septembre 1875 à Paris, fille naturelle d’une mère authentique descendante de la branche autrichienne de la maison belge des Merode, Vincentia de Merode, et d’un père issu de la haute société autrichienne. Pour laver la honte liée à cet acte de séduction qui noircissait son avenir, la jeune fille mère se réfugia dans la capitale française, où elle put assumer son goût prononcé pour une existence quelque peu bohème. Elle n’eut cependant aucun mal à intégrer la bonne société, notamment grâce au charme et à la beauté de sa petite fille, surnommée Cléo. Celle-ci devint bientôt la seule raison de vivre de Vincentia, qui ne perdait pas une occasion de mettre en scène et d’exhiber son enfant dès son plus jeune âge.

À 7 ans, Cléo entra à l’école de danse de l’opéra de Paris. Une passion qui ne la quitta plus. Même si, une fois entrée dans la puberté, elle dut sans doute repousser les avances de certains notables, nombreux à fréquenter les coulisses de l’opéra pour prendre maîtresse. Et qui ne s’embarrassaient pas de scrupules si les jeunes danseuses avaient à peine 14 ans… Au fil des ans, Cléo posa pour des photographes, à l’heure où cet art balbutiant connaissait son premier développement, et ces clichés d’elle en danseuse furent davantage remarqués que ses performances de ballerine sur la scène de l’opéra. On lui proposa cependant des contrats, notamment pour danser dans des salons mondains, aux Folies Bergères, à l’Opéra-Comique, au casino de Royan, puis sur de nombreuses scènes européennes, et même à New York. Elle se produisit à plusieurs reprises dans de grandes productions entre 1896 et 1898, année où elle quitta la vénérable institution parisienne pour se lancer dans une carrière internationale de danseuse indépendante, qu’elle poursuivit avec brio jusqu’à l’éclatement de la Première Guerre mondiale.

Sorte de Sainte-Nitouche mâtinée d’Ève, la fraîcheur et la jeunesse de Cléo ne laissaient en effet personne indifférent. Naturellement douée pour prendre la pose, elle optait pour des postures rappelant les images pieuses, ce qui ne fit que renforcer sa réputation de grande vertu. Elle se construisit ainsi un personnage très virginal et angélique, à la jeunesse éternelle. Reproduits sur des cartes postales, ses portraits — d’où ses taches de rousseur étaient quasi systématiquement gommées —, firent rapidement le tour du monde, muant la jeune femme en célébrité internationale. Cléo devint une icône des symbolistes, ainsi qu’une inspiration pour le courant romantique.

La renommée de la danseuse immaculée se développa énormément grâce aux nombreuses représentations que firent d’elle des artistes de renom. Ainsi, elle posa pour le sculpteur Alexandre Falguière, les peintres Edgar Degas et Toulouse-Lautrec, et entra même au musée Grévin dès 1895 ! Cependant ce sont bien ses portraits photographiques qui firent d’elle l’une des premières icônes populaires. L’appareil photo aimait le beau visage de la jeune fille, extrêmement photogénique, ainsi que son corps androgyne. Ses portraits réalisés par Paul Nadar, fils de Félix, et surtout Léopold-Émile Reutlinger, firent bientôt le tour du monde. Et en 1896, les lecteurs de L’Illustration élurent Cléo reine de beauté parmi cent trente et une célébrités.

Tout commença vraiment pour elle en 1894, à 19 ans, quand elle posa pour la première fois seule dans l’atelier de Nadar. Le mythe naquit là, dès cette première séance : le corps menu et filiforme, le port altier, le regard fixe et déterminé, empreint parfois de mélancolie, la longue chevelure contenue par un bandeau, mettant ainsi en avant ses traits si fins, et la bouche fermée, n’esquissant jamais l’ombre d’un sourire. Puis l’année suivante, Cléo fut invitée par le fameux Léopold-Émile Reutlinger, qui immortalisait en photographie les femmes de spectacle, à faire un essai. Ce fut le début d’une collaboration réussie et réitérée sans modération (http://peccadille.net/2013/09/30/cleo-de-merode/), qui fit la gloire des deux protagonistes.

Habillée de ses costumes de scène — ainsi, sa tenue de danseuse cambodgienne, qu’elle revêtit pour exécuter une danse éponyme au pavillon de ce pays asiatique à l’Exposition Universelle, lui valut l’un de ses portraits les plus célèbres en 1900 et une aura exotique digne de celle à venir de Mata Hari — ou de tenues de ville signées notamment par le grand couturier Jacques Doucet, la belle Cléo fut également précurseur de la folie du marketing. Sa silhouette sculpturale et son allure d’Immaculée Conception permirent de vendre toutes sortes de denrées dans le monde entier. Parfum, chocolat, cigarettes… Figurant sur toutes les boîtes, l’image énigmatique et romantique de la ballerine hypnotisait les foules.

Sa notoriété grandit encore quand « La danseuse », une sculpture d’Alexandre Falguière, fut exposée en 1896 au Salon des artistes français, sans voile, contrairement à ce que l’artiste avait assuré à Cléo, qui avait posé pour lui. Ce nu en marbre blanc grandeur nature aurait été réalisé d’après un moulage en plâtre du corps de la ballerine. Une rumeur qu’elle accusa l’artiste d’avoir lancée et que la jeune danseuse nia toujours, prétendant qu’elle n’avait pris la pose que pour la tête. Mensonge ou pas, façon de créer le buzz ou pas (déjà à l’époque !), ce scandale renforça encore l’aura de Cléo, dont le pouvoir de fascination semblait réel, que ce soit en photographie ou sur scène en dansant.

Parallèlement, les journaux commencèrent à faire le relais d’un autre ragot : celui d’une liaison que la jeune femme aurait entretenue avec le roi des Belges, Léopold II, alors âgé de plus de 60 ans et un « anti-Apollon » aux bourrelets abdominaux bien marqués… Les caricatures moqueuses de ces publications (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84322392/f724.item) contrastaient grandement avec les photographies d’une jeune fille innocente et chaste, qui avaient jusqu’alors fait sensation. La danseuse reconnut volontiers que le souverain lui avait écrit de longues missives passionnées, l’invitant à le rejoindre à Bruxelles, mais elle nia toujours une quelconque liaison. Cléo n’hésita pas à traîner en justice les journaux qui salissaient son nom, mais rien n’y fit. Bien avant « Brangelina », pour le grand public, elle et son prétendu amoureux furent affublés d’un sobriquet affectueux : « Cléopold »…

En dépit de sa renommée, la jeune femme, qui toute son existence durant protégea et entretint jusqu’à l’obsession sa jeunesse, ne leva jamais le voile sur sa vie privée. Courtisane ou éternelle beauté virginale ? Ce qui est sûr, c’est qu’il est impossible de la « classer » dans la même catégorie que les célèbres courtisanes et autres « belles allongées » de son époque, notamment Liane de Pougy ou la Belle Otéro. Beaucoup plus tard, dans les années 1950, Cléo engagea même des poursuites contre Simone de Beauvoir, qui eut l’audace de la qualifier de « cocotte » dans Le Deuxième sexe (paru en 1949). La philosophe perdit le procès. Cléo fut fiancée deux fois longuement — d’abord à un dénommé Charles, issu de la bonne société, et qui eut la mauvaise idée de passer de vie à trépas en 1904, victime de la typhoïde, puis à un diplomate et sculpteur amateur espagnol, Luis de Perinat — et ne révéla ni ne confirma aucune aventure. Jamais elle ne divulgua la vérité sur sa vie privée et se livra toujours de façon très maîtrisée.

À l’orée du changement de monde engagé en 1914, la belle Cléo, toute proche de la quarantaine, connut une sorte de lent et inexorable déclin. Avec la Grande Guerre, les préoccupations des citoyens changèrent du tout au tout. L’époque, très grave, n’était plus aux demi-mondaines et à l’amusement. La carrière et la renommée internationale de la danseuse s’en trouvèrent fortement ternies. En outre, son mentor Reutlinger ferma boutique, après la disparition traumatisante de son fils sur le front. La Belle Époque avait dit son dernier mot et ses plus belles représentantes aussi. Pendant le conflit, Cléo quitta Paris pour l’Indre, par peur des bombardements. Elle en profita pour enseigner et donner des représentations pour la Croix-Rouge. De retour dans la capitale après l’armistice, elle reprit sa carrière, mais sans rencontrer le même succès. Elle rangea définitivement ses chaussons en 1924, mais accepta dix ans plus tard de reprendre provisoirement du service dans la revue « 1900 ».

À partir de là, Cléo de Mérode s’enferma dans son mutisme et s’enveloppa plus que jamais de son aura de mystère, vivant une existence parisienne reculée. En 1959, elle publia son autobiographie, Le ballet de ma vie (http://livre.fnac.com/a43690/Cleo-De-Merode-Le-Ballet-de-ma-vie), dont la dernière impression date de 1985. En 1964, à l’aube de ses 90 ans, elle autorisa le magazine Vogue à réaliser avec elle une dernière séance photo, avec le concours, excusez du peu, du grand Cecil Beaton (https://fr.pinterest.com/pin/418975571560243319/). On y découvrit une vieille dame à l’allure toujours juvénile et au regard tout aussi perçant que du temps de sa splendeur. Deux ans plus tard, le 17 octobre 1966, Cléo de Mérode s’éteignait dans son appartement parisien de la rue de Téhéran. Elle fut enterrée au Père-Lachaise, où une belle statue de son amant Luis de Perignat, placée près de sa tombe (https://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=444), rappelle son glorieux passé.

4 commentaires

  1. Sylvain Mariette dit :

    L’article décrit bien l’atmosphère de secret et de discrétion… J’aime beaucoup la fin de l’article. De 1924 à aujourd’hui. Il y a là l’humilité de la vie, et le temps, un siècle, qui passe si vite…

    • Geraldine dit :

      Merci beaucoup ! Effectivement, Cléo de Mérode brillait surtout par le mystère qu’elle avait su construire autour de sa personne, et donc le souci de l’entretenir coûte que coûte.

  2. Marylène dit :

    Merci de nous révéler la vie de cette danseuse, aie aie aie la projection de sa mère euh du Transgénérationnel derrière tout cela ….

Laisser un commentaire

Formulaire de commentaire

Les champs marqués (*) sont requis.

© 2017 Géraldine Couget "Ma plume au service de vos écrits". Propulsé par WordPress and WP Engine. Editor par AWESEM.

Retour en haut.

UA-36557370-1